En savoir plus sur la Nutrition entérale


La nutrition entérale est une solution thérapeutique de nutrition par sonde qui est utilisée lorsque le tube digestif est fonctionnel et accessible mais lorsque le patient ne peut s’alimenter normalement ou encore dans les cas de dénutrition sévère.
Cette technique permet d’apporter directement les nutriments dans le tube digestif. Elle remplace, de manière totale ou partielle, l’alimentation orale traditionnelle par des formules nutritives «complètes» apportant l’ensemble des nutriments nécessaires à l’organisme.
Ces formules sont généralement conditionnées dans des poches souples (en PVC) et administrées au moyen de sondes nasogastriques ou, gastrostomies, naso-jéjunale, naso-duodénale, jéjunostomie.
La Nutrition Entérale, respectant les phases physiologiques de la digestion (absorption et élimination), devrait être utilisée à chaque fois que le tube digestif est fonctionnel. Dans le cas contraire, on doit alors passer à une Nutrition parentérale.

Indications

  • Anorexies, dysphagies de toutes causes,  dénutrition sévère, hypercatabolisme, maladies métaboliques, affections neurodégénératives, ou certaines formes de maladies inflammatoires chroniques intestinales, etc.
  • En pré-opératoire  si le patient est sévèrement dénutri (renutrition débutée au moins une semaine avant une intervention chirurgicale majeure).
  • En post-opératoire en cas de dénutrition sévère après une chirurgie lourde si le patient ne peut pas se réalimenter seul dans un délai d’une semaine suivant l’opération ou si l’intervention engendre des complications sévères.

En revanche, la nutrition entérale est contre indiquée lorsque le tube digestif est non fonctionnel ou inaccessible, en cas d’obstruction digestive, de diarrhées sévères, d’hémorragies digestives actives, ou parfois simplement si le patient refuse. Dans ce cas la Nutrition Parentérale représente une alternative.

Technique d’administration de la nutrition entérale :

En fonction de la pathologie traitée, et de la fonctionnalité du tube digestif les méthodes d’administration de la nutrition entérale diffèrent.

Il existe différents types de sondes :

  • sondes naso-gastriques  ou gastrotomies : apport des nutriments dans l’estomac
  • sondes naso-duodénales ou duodenostomie : apport des nutriments au niveau du duodénum
  • sondes naso-jéjunales ou jéjunostomie : apport des nutriments au niveau du jéjunum

Les boutons de stomies sont généralement implantés lorsque le temps de traitement sous nutrition entérale est supérieur à 1 mois.

L’administration des formules nutritives est réalisée soit par gravité (tubulure) soit de manière plus précise grâce à une pompe (régulateur de débit)  pour nutrition entérale.

Choix des produits de nutrition entérale :

Les nutriments sont conditionnés dans des poches en PVC multicouches, leur volume pouvant aller de 500 à 1 500 ml.

Ces mélanges nutritionnels sont composés de protéines, lipides, glucides, vitamines et minéraux avec ou sans fibres.
On distingue plusieurs catégories : les mélanges polymériques (standards) et les mélanges semi-élémentaires («prédigérés»), ces derniers étant indiqués dans des cas bien spécifiques (syndrome du grêle court, insuffisance pancréatique exocrine, etc.).

Il existe aussi des mélanges polymériques spécifiques à des situations pathologiques ou à certaines complications comme par exemple les troubles glycémiques, les situations d’agressions métaboliques ou encore les cas de diarrhées chroniques.

Mélanges polymériques

  • hypocaloriques (0.5 – 0.75 kcal /ml), normo ou hyperprotéinés, avec ou sans fibres
  • isocaloriques (1 kcal / ml), normo ou hyperprotéinés, avec ou sans fibres
  • hypercaloriques (1.25 -1.5 kcal / ml) normo ou hyperprotéinés, avec ou sans fibres
  • formules spécifiques (troubles du métabolisme glycémique, insuffisances respiratoire)

Les semi-élémentaires sont des mélanges iso ou hypercaloriques normo ou hyperportéinés, à base de peptides et de triglycérides à chaînes moyennes

En savoir plus sur la Nutrition orale »

En savoir plus sur la Nutrition parentérale »